Amitié

Amitié

« Qu’est ce que tu ferais par amitié pour moi ?

– euh, c’est bizarre comme question, tu as un lourd secret à me confier ?

– Ce n’est pas la question que je te pose. Que serais-tu capable de faire pas amitié pour moi ?

– Tout, bien sûr. Nous sommes amis depuis l’enfance, nous sommes plus liés que des frères, tu comptes plus que mon propre frère. Tu me fais peur avec ta question …

– Tu as peur de quoi ? Que je sois un assassin ? Que je te demande de l’aide pour planquer un cadavre ?

– Par exemple oui !

– Et alors ? Tu m’aiderais à le cacher ? « 

Vincent prit un temps avant de répondre. Il savait que son ami n’était pas sérieux. Mais qu’attendait-il de lui ? Pourquoi avait-il tant besoin de s’assurer de son amitié ?

 » Pour commencer, je ne pense pas que mes amis puissent être des assassins. Mais imaginons un accident … en tant qu’ami je chercherais à te convaincre d’aller voir la police.

– Non mais imaginons que je sois très compromis et que d’aller voir la police soit impossible. Tu me couvrirais ? Tu m’aiderais ?

– Non mais tu me fais vraiment peur là.

– Réponds à la question ? À quel point es-tu mon ami ?

– Tu sais bien que je suis un ami dévoué. Je te l’ai prouvé à plusieurs reprises… comment peux-tu douter ? Qu’est-ce que tu as fait ? Tu as besoin de mon aide ? « 

Christophe se recula dans son siège et regarda ailleurs. Ses mains ne cessaient de jouer avec le sachet de sucre.

– Je pense que ce je vais te demander est pire que de cacher un cadavre.

– Tu me fais vraiment flipper. Arrête de tourner autour du pot et balance.

– Je voudrais que tu quittes ta femme.

– Quoi ? Mais pourquoi ? Me dis pas que tu veux qu’on se mette ensemble ?!

– Euh non, c’est ta femme que je vise, pas toi.

– Quoi ? Comment ça ? Elle me trompe avec toi ? Vous … vous … je trouve pas les mots !

– Non, non, pas encore, justement. Je voudrais qu’elle soit libre. En plus, tu la quittes, elle est triste et je la console. Après, tu sais comment mon charme agit …

– Mais pourquoi Stéphanie ? Il y en a plein d’autres.

– Ne me dis pas que tu es toujours amoureux ! Ça fait combien de temps maintenant ? Cinq ans ?

– Non dix. Tu te souviens de cette soirée où tu t’es pris une murge phénoménale et que tu as vomi dans un chapeau ?

-Ah oui, je ne me souviens pas de grand chose, mais ce chapeau …!

– Oui, c’était celui de ma tante Jaqueline, qui était invitée à mon mariage dont tu étais le témoin. Tu n’es pas censé saboter le mariage en tant que témoin, mais le soutenir et te montrer présent dans les moments difficiles.

– Ah Ah ! Donc vous traversez un moment difficile ! Tu devrais la quitter avant que vous ne vous supportiez plus.

– Mais arrête ! Tu crois que ça est ça le mariage ? Au premier moment difficile, hop on dégage et on passe à autre chose ? Ce n’est pas ma vision des choses. Et pour ta gouverne je suis toujours amoureux de Stéphanie. Comme au premier jour. Alors oui, après dix ans de mariage, ce n’est pas la même fougue, mais notre amour et notre complicités sont toujours intacts.

– Bravo. Et tu penses qu’elle en dit autant ?

– Oui, j’en suis sûr.

– Tu vas me dire que vous êtes le seul couple de l’histoire et du monde sur lequel le quotidien n’a pas de prise ?

– Bien sûr que non. Le quotidien, la charge mentale, nous ne sommes pas épargnés. Mais on le sait et on a un plan d’attaque contre le quotidien.

– Donc tu n’es pas prêt à quitter ta femme ?

– Pas le moins du monde. Et encore moins pour satisfaire un caprice de mon queutard d’ami d’enfance !

– Tu as bien raison mon ami. Tu vois, je fais un excellent témoin de mariage !

Un commentaire sur “Amitié

  1. Très intéressante réflexion théorique sur ce qu’est l’amitié ; tu développes très bien ce dialogue ! Mais on voudrait bien — peut-être — voir ces deux-là face à un cas pratique 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.